Un jeu vidéo peut-il vraiment aider à réparer la cathédrale Notre-Dame ?

Robert Bork, expert mondial de la mesure de précision et de la disposition de la cathédrale Notre-Dame, parcourt une version virtuelle de l’église gothique du XIIe siècle en utilisant Assassin’s Creed Unity, un jeu vidéo conçu dans un studio à Montréal.

Le professeur Bork, historien de l’architecture, a entendu ces derniers jours la théorie selon laquelle le jeu vidéo conçu par Ubisoft pourrait aider à reconstruire la cathédrale endommagée par le feu. C’est en tout cas une idée qu’il veut explorer par lui-même. Le professeur Bork, qui a fait ses propres reconstruction de Notre-Dame en utilisant des mesures laser recueillies à partir d’un milliard de points de données, lance une vidéo de démonstration et partage ses observations par téléphone.

Le travail d’Ubisoft le frappe à un certain niveau. « Cool. C’est impressionnant. Tout ce qu’ils avaient, c’était du Pong quand j’étais enfant « , dit le professeur de l’Université de l’Iowa. Son article de 2014, « Le plan Chevet à Notre-Dame à Paris : Une analyse géométrique » a décomposé à cinq millimètres près la disposition de toute l’aile est de la cathédrale. L’article a été publié par coïncidence à peu près au même moment où le jeu vidéo a été lancé.

Dans les sept premières secondes de sa tournée virtuelle dans le jeu Assassin Creed disponible ici, les premières failles apparaissent. « Oh, je vois que leur Notre-Dame qui est censée être médiévale a ajouté des éléments du 19e siècle. Et ils ont transformé leur Sainte-Chapelles [à proximité] en quelque chose de plus médiéval. Les choses sont truquées. C’est plutôt hilarant.

« Ce qu’ils ont fait est bon pour ce qu’il est, mais il n’est pas conçu pour ce processus. »

Ubisoft, chef d’antenne de l’industrie montréalaise du jeu vidéo dont le siège social est à Paris, a annoncé lundi qu’elle participerait à la reconstruction de Notre-Dame en faisant un don de 500 000 euros(754 000 $) et en rendant son jeu vidéo de cinq ans gratuit à télécharger pendant une semaine

« Nous espérons qu’avec ce petit geste, nous pourrons donner à chacun l’occasion d’apprécier l’hommage virtuel que nous rendons à cette œuvre architecturale monumentale « , a déclaré la société dans un communiqué.

Notre-Dame est l’un des bâtiments les mieux documentés et les plus examinés au monde. Les responsables d’Ubisoft, qui ne voulaient pas être interviewés pour cette histoire, ont déjà décrit comment ses concepteurs et historiens ont examiné la documentation sur le monument pour créer le jeu.

Caroline Miousse, designer artistique principale, n’a pas mis les pieds dans la cathédrale avant que son travail ne soit terminé. Avec d’autres fabricants de jeux Ubisoft, elle a déclaré à The Verge en 2014 que les libertés artistiques repérées par le professeur Bork avaient été ajoutées pour rendre le jeu plus jouable et la vue plus familière.

Des libertés qui existent dans toutes les industries, on se souvient notamment des machines à sous Avengers sur le site https://www.tropezia-palace.fr dont l’histoire n’était pas parfaitement alignée au film pour pouvoir rendre le jeu plus immersif. Mais à quand une machine à sous Notre Dame de Paris où Quasimodo récoltera des pièces pour reconstruire sa maison? Peut être pour bientôt.